J 154 -> J 156 – Phnom Penh – CAMBODGE

Nous avons passé nos derniers jours à Phnom Penh, capitale du Cambodge.
Nous avons visité plusieurs lieux, mais nous souhaitions surtout aller voir la triste prison S21.

Le Cambodge est un pays qui a énormément souffert suite à une violente révolution dans les années 1970, et la prise du pouvoir par les khmers rouges de 1975 à 1979 … a tué 40% de la population cambodgienne.

Nous avons donc visité la prison appelée S-21, un lycée devenu prison d’Etat et centre de torture.
Les ennemis du gouvernement mis en place par les khmers rouges y étaient emprisonnés et torturés pour obtenir de faux aveux. La majorité des personnes déportés à S-21 ne savent même pas ce qu’on leur reproche. En réalité, l’arrestation est en soit une preuve suffisante de leur culpabilité. Il ne reste plus aux khmers rouges qu’à leur soutirer des aveux pour signer leur arrêt de mort.

Nous avons pris quelques photos…

🇰🇭 Nous finissons ainsi l’étape cambodgienne
🇻🇳 Départ demain pour le VIETNAM par voie terrestre….une longue, très longue journée de transport qui nous mènera jusqu’à CAN TO, au delta du Mekong au sud du pays.

 

Pour comprendre l’histoire du Cambodge…

A la fin des années 1960, le Cambodge connait une grave guerre civile opposant le président Sihanouk à une formation politique communiste montante, le Kampuchéa Démocratique dont les membres se font appeler : les khmers rouges ! En 1975, quelques temps après le retrait des forces américaines du Viêt Nam et de la frontière cambodgienne, les khmers rouges s’emparent de Phnom Penh, chassent le gouvernement en place et installent un nouveau régime avec à leur tête le frère « Pol Pot ».

Au début tout se passe bien. Les khmers rouges sont même accueillis en héros par les habitants de Phnom Penh lors de la « libération » de la ville. Mais très vite leur idéologie se met en place pour bientôt engendrer l’un des pires génocides du XXème siècle. L’objectif de Pol Pot est simple : créer une société utopique basée sur le modèle communiste sans classe ni religion, capable de fabriquer ses propres ressources afin de vivre en autarcie. Une société dirigée par un parti unique, l’Angkar qui signifie « l’organisation ».

Pour survivre, l’Angkar compte s’appuyer sur un peuple soumis, travailleur et courageux (comme dans toute bonne dictature !). Sous prétexte d’éventuelles représailles américaines, Pol Pot vide les villes. Hommes, femmes, enfants, vieillards… des milliers de Cambodgiens doivent quitter leur habitation pour rejoindre des « villages de travail » dans les campagnes et travailler dans les champs. Les malades sont sortis de force des hôpitaux pour rejoindre l’exode. Ceux qui ne veulent pas ou qui ne peuvent pas partir sont tués sur place.

En 24h les principales villes du pays sont désertés. Dans les champs, des Cambodgiens n’ayant jamais travaillé la terre doivent produire une quantité quotidienne de riz irréalisable. Ils travaillent 12 heures par jour et n’ont droit qu’à une seule cuillère de riz en guise de repas. Cueillir un fruit dans un arbre justifie la peine de mort car cela revient à « voler l’Angkar ». Des milliers de personnes commencent à périr à travers tout le pays.

Mais les khmers rouges ne s’arrêtent pas là. Le « peuple nouveau » doit être purifié de tout élément déviant qui pourrait présenter une menace. Les khmers rouges se mettent alors à pourchasser tous les ennemis du régime : les partisans du précédent gouvernement, les étrangers, les expatriés rentrés au pays et jugés suspects, les étudiants, les médecins, les professeurs, les artistes… Le simple fait de porter des lunettes ou d’avoir les ongles propres signifient qu’on est intellectuel. Une preuve suffisante pour être arrêter ou tuer. Partant du principe que « pour détruire la mauvaise herbe il ne suffit pas de l’arracher, il faut la déraciner », les khmers rouges éliminent des familles entières pour éviter toute tentative de vengeance.

La folle purge menée par les khmers rouges dure quatre ans. Au total, le régime de Pol Pot a tué 40% de la population cambodgienne ! La folie de Pol Pot cause cependant sa perte. Durant tout le temps où il est au pouvoir, le dictateur s’appuie sur des troupes vietnamiennes pour mener à bien son idéologie. Mais plus son peuple décline, plus il y a de soldats vietnamiens au Cambodge. Ayant peur de se faire voler le pouvoir par le pays voisin, il déclare la guerre au Viêt Nam en 1979. L’armée vietnamienne n’a pas de mal à renverser. Pol Pot meurt en 1998 sans jamais avoir été jugé !

source information : playing the world.

 

Prison S21

L’image contient peut-être : arbre et plein air

 

Aujourd’hui, les quasi-totalité de la prison est restée intacte. On peut se promener dans la cour de récréation où les prisonniers étaient pendus par les bras (potence en photo), dans les salles de classes où ils étaient enchaînés et torturés et dans les cellules individuelles. Les barbelés qui servaient à empêcher les suicides courent encore le long des façades. Dans certaines pièces, on peut voir des techniques et des machines de tortures… 😢

L’image contient peut-être : plein air

 

Salles de torture
Chaque prisonnier est torturé 2 à 3 fois par jours, parfois pendant plusieurs mois. Une fois qu’ils ont avoué, Duch, le directeur de la prison signe leurs aveux, les envoyant immédiatement dans l’un des champs d’exécution, les killing fields, en périphérie de la ville. Il y sont alors exécutés. Pas par balle, ça coûte trop cher. Ils sont battus à mort avec des crosses de fusils puis jetés parfois encore vivant dans des fosses communes. Personne ne ressort vivant …

L’image contient peut-être : intérieur

 

Dans la prison, les conditions de (sur)vie sont abominables. Les prisonniers sont enchaînés par dizaines, incapables de bouger et allongés à même le sol. Le moindre mouvement, le moindre tintement de chaînes et les surveillants les battent pendant des heures.
Des cellules de moins de 2m2 sont créées dans les salles de classe (en brique ou en bois comme sur la photo suivante). Des trous sont créés dans les murs pour faciliter la surveillance des cellules…
Les boîtes métalliques servaient de toilettes.
L’image contient peut-être : intérieur
Cellule en bois
L’image contient peut-être : intérieur
Sur 17 000 personnes déportées à S-21, seulement 7 survécurent. Parmi eux , Bou Meng, qui était présent aujourd’hui lors de notre visite…. nous sommes le 7 janvier, et le 7 janvier 1979 Phnom Penh était enfin libérer des khmers rouges.
L’image contient peut-être : 7 personnes

 

Promenade sur « la croisette » de Phnom Penh

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, enfant et plein air

 

Le long de la croisette: mygales 🤢 ? coquillages 🐚? ou voyance 🃏?

L’image contient peut-être : 7 personnes, nourriture

 

Passage par le marché central de la ville

L’image contient peut-être : 1 personne

 

Palais royal

L’image contient peut-être : nuage, ciel et plein air

 

Wat Botum Park

L’image contient peut-être : ciel, nuage et plein air

 

Wat Botum Park
Cambodge- Vietnam friendship monument

L’image contient peut-être : ciel et plein air

 

Aire de jeux pour les filles…bien mérité

L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes souriantes, enfant

 

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s